Notre Dame de Paris Tome 1





Avec Notre Dame de Paris, Benjamin Lacombe s’attaque ici à un classique de la littérature française. L’histoire est connue de tous, même si les personnes qui ont lu le roman de Victor Hugo sont peut être moins nombreuses que l’on pourrait imaginer. Car Notre Dame de Paris n’est pas si facile à lire… 

Tout d’abord, c’est un long roman qui déborde de détails et de longues descriptions. On finit même parfois par se perdre au milieu de tant d’idées et réflexions. D’où le désir de Benjamin Lacombe de réaliser deux tomes, afin de capter à travers ses illustrations tous les détails livrés par l’auteur dans 59 chapitres répartis dans 10 livres.



Mais aussi Notre Dame de Paris est un roman difficile du point de vue de l’histoire même. On est ici loin de la version de Disney ! Il s’agit bel et bien d’une histoire tragique où la belle et innocente Esméralda sera victime à la fois de la passion qu’elle sucite chez l’archidiacre Frollo et de l’amour qu’elle éprouve pour le capitaine Phoebus, déjà fiancé à Fleur de Lys. Follement amoureux de la bohémienne, Frollo décidera de mener Esméralda à la potence si celle-ci ne peut être sienne. Sauvée par le sonneur des cloches de Notre Dame, Quasimodo, elle sera recueillie dans l’église de Notre Dame, terre d’asile. Après de nombreuses péripéties, le destin tragique finira par s’abattre sur Quasimodo, Esméralda, Phoebus et Frollo.



Si comme moi vous aviez entrepris une première fois de lire ce classique de Victor Hugo sans pour autant parvenir à la fin, alors sans doute que les illustrations de Benjamin vous aideront à découvrir cette œuvre en vous accompagnant au cours de votre lecture.

Lorsque l’on saisit l’ouvrage de Benjamin, l’on a l’impression que ce livre surgit d’un autre temps. Les gravures sur la couverture sont tout simplement sublimes et ne sont pas sans rappeler celles qui ornaient les anciennes bibles.




Puis, au fil des pages, on se rend vite compte que trois couleurs dominent les illustrations de Benjamin. Le vert, le rouge et le noir. Ces couleurs ancrent davantage le roman dans le romantisme de l’histoire. On dirait aussi que les dessins de Benjamin s’animent alors que l’on tourne les pages, comme sous l’impulsion de cette histoire passionnelle. Je pense notamment ici aux petits dessins en noir et blanc qui ornent les recoins et les bas de pages qui amènent beaucoup de dynamisme au récit.  




Finalement, j’aimerais attirer votre attention sur un point. Le premier tome s’arrête au livre 5 de l’histoire, chapitre 2. Dans les premières lignes, on peut y lire


 Ceci tuera cela. Le livre tuera l’édifice 

 C’est un chapitre très intéressant que je vous invite à lire. Le résumer ici serait long et inutile. Mais ce que j’ai retenu de la pensée de Victor Hugo, c’est sa crainte de voir remplacer l’architecture par les livres. L’architecture fut pour Victor Hugo la première forme d’expression chez les hommes. Il explique comment les édifices sont la mémoire des hommes, leur souvenir et leur pensée. Il fait alors l’analogie entre la construction d’un édifice et d’une phrase. Une pierre debout est une lettre, une pierre superposée à une autre est un mot, et beaucoup de pierres donnent une phrase. Les monuments renferment ainsi tant de symboles.

Toutes les forces matérielles, toutes les forces intellectuelles de la société convergèrent au même point : l'architecture Alors, quiconque naissait poète se faisait architecte. 

Jusqu’à l’apparition des livres… Jusqu'à Gutenberg, l'architecture est l'écriture principale, l'écriture universelle. 

Victor Hugo exprime alors sa crainte de voir la pensée des hommes, s’exprimer non plus par les édifices qu’ils érigent mais via les livres qu’ils écrivent. Un édifice est en effet bien plus durable et résistant qu’un simple livre ! Mais avec l’invention de l’imprimerie, l’homme sera tenté de s’exprimer à travers les livres bien moins couteux et difficiles à édifier ! 




 Alors, aujourd’hui je m’interroge. Quand est-il du sort que l’on réserve aux livres. A l’heure du numérique, à l’heure où l’on lit de plus en plus sur les tablettes tactiles ? Est ce que la technologie finira à son tour par tuer le livre ? ... Malgré cette crainte, je continue à croire en un avenir pour les livres. Aussi longtemps qu’il y aura des auteurs comme Benjamin Lacombe pour nous transmettre l’envie de les parcourir.


Les informations sur le livre


Notre Dame de Paris (Tome 1)
Soleil Productions
Collection Métamorphose
Album relié 20,2 x 28,4 x 2,6 cm
Parution 30.11.11
ISBN 978-2-302-01837-2
240 pages
Prix approximatif 30 euros

Se procurer le livre
http://livre.fnac.com/a3620817/Benjamin-Lacombe-Notre-Dame-de-Paris




A consommer sans modération...


Sur le blog de Benjamin

La presse (extraits)


Pour finir, rien que pour vos yeux....

Exposition L'Etrange Parade
Echirolles
18 avril au 2 juillet 2011




Exposition Memories 
Galerie Daniel Maghen
13 décembre 2011 au au 16 juin 2012




Promotion



Dépliant promotionel


kakemono promotionel

Aperçus du tome 2...



Commentaires